L’aventure ROTH 2012

Posté le juillet 10, 2012 par

Grincheux raconte :

J-4 (mercredi): Nous partons en famille à 10h et sans le faire exprès nous rejoignons Grandsteack,Margo et tartine sur la A4 vers Lognes nous ferons la route ensemble, nous voyons Francky et Coco lors du repas, ensuite arrivé à l’hôtel de qualité (GRAND MERCI Margo), je pars seul faire ma demi heure de footing (avec Grandsteack et Francky j’aurais déguster) pour dégourdir les jambes et la tête car j’avais un peu mal au crane, mais après la course à pied tout allais beaucoup mieux. Dîner sympa dans un petit resto trouver par les 2 compères ou la petite serveuse russe nous a tous fais baver les hommes, sauf moi je n’ai pas regarder.

J-3 (jeudi): Réveil tranquille, petit dej, je décide de partir avec Stef et Francky reconnaître la boucle vélo, malgré la pluie du matin. Nous partons le temps s’ éclairci nous commençons la boucle, faux plat descendants super, cela va aider à se mettre dans le rythme, et là gros orage pluie diluvienne mais pas longtemps. Arriver a Greding nous montons sur les vélo malgré le temps encore incertains. Nous allons jusqu’à la bosse à 10% et allons un peu plus loin pour voir que derrière ce n’ est pas plat mais que du brise pattes et vent de 3/4 face. Revenus à la voiture nous finissons la boucle et pensons que cela va passer tranquille, mais attention au vent.

J-2 (vendredi):

le matin nous allons retirer les dossards un monde de fou partout et quand le gars me mets le bracelet au poignet, ça y est dans ma tête je suis challenger officiel, la course commence dans mon cerveau en ébulition. Nous mangeons ensemble le midi, ensuite tout le monde ce sépare un peu vers divers activités, moi je repars vers le village expo car des petits achats à effectué. le soir on se retrouve encore tous dans un petit resto sympa en centre ville avec des pizza gargantuesque, j’ ai pas fini la mienne.

J-1 (samedi)

Après le petit dèj le coach s’occupe autour de nos vélo (GRAND MERCI FRED pour les réglages pas facile), nous partons mettre les vélos au parc ensuite nous allons au briefing mais arrivons un peu en retard de toute façon on apprend rien de plus.

Le soir on a manger tôt pour se coucher pas trop tard car demain ça vas BASTONNER.

 

 

 

 

Jour J: Réveil 3h45 je descend déjeuner mine fatiguer ouf je ne suis pas le seul quand je vois les autres. Nous partons 5h00 précise pour le départ nat, et là malgré la veille ou on vu beaucoup de monde, c’est encore pire 5200 athlètes dans le parc c’est tout simplement énormes. Ensuite viens l’attente de mon départ, c’est long on vois les premiers partir à vélo cela vas très vite, quand mon tour arrive une envie de gros besoin a failli me faire rater le départ, mais je suis dans l’eau et soulager d’un poids. La natation se passe bien je pose ma nat, mais sur le retour je vais 2 ou 3 fois de travers et cela m’agace un peu et je rectifie le tir sur la fin. je sors prend mon sac met mon dossard chaussures et cours jusqu’au vélo mets le casque et zou je sors du parc en 1h32 content, le Coach est là et me dis de rester régulier sur les coups de pédales. Le premier 10 vas bien, mais après le vent s’invieé à la fête et là pas bon !! Le premier tour je le trouve dur presque envie de m’arrêter, mais je repars pour un 2e tour (il faut chinter le cerveau des fois), un peu long mais surtout les derniers 10 kilos, j’avais hâte d’arriver au marathon.

Je pose le vélo me change et sort du parc en 8h05 content 20 min de moins que Regensburg. Je vois le coach, il me dis quelque chose que je n’ai pas bien compris quand j’arrive sur lui, il répète « garde ton allure c’est a ta pogne », merci coach cela fais du bien d’être encourager, je continue et là Margo qui sort de je sais où et qui cri « allez grincheux super, tu es le meilleur (je crois qu’elle l’a dis du moins) », merci Margo, plus loin ce sera Coco et les enfants de Grandsteack qui m’encouragent : ça fais du bien, on sent les forces revenir et le moral, merci Coco et les enfants. Mais dans tout ça je n’ai pas encore vu ma petite famille et cela me travaille pendant le reste CAP, ainsi qu’une autre question de vélo et tant mieux car le marathon était fait de longues lignes droites monotones le long du canal. Il fallait être fort dans sa tête, heureusement j’ai croisé les gars du club et on s’encourageait mutuellement. J’ai eu un coup de mou entre le 21 et le 25 kilo,c’ est un vétéran qui m’a aider en prenant sa foulée, ensuite les jambes sont revenues comme quoi le corps humain est vachement bien fais. Je l’ai emmené jusqu’au 35 kilo et là il n’en pouvait plus, il m’a dis de partir tout seul pour faire le chrono souhaité, je pars mais 2 kilo après (37KM) c’est le drame le corps ne veux plus avancé cela va être une lutte de tous les instant pour finir avec mes 2 pépettes qui m’ attendaient à la fin pour franchir la ligne en 13h24′et55″ à mon chrono. Passé la ligne je reçois ma médaille finisher je vois le coach avec francky ils me félicitent tous les 2. Ensuite le tee-shirt et mon sac pour me changer et retour à l’hotel après avoir récupérer mon vélo, cela fais une grosse journée mais on a des images plein la tête qui nous fons oublier la fatigue.

 

Le lendemain au petit dej on est tous un peu en vrac mais content que ce soit fini. Je dirais encore un très grand merci à Margo pour l’organisation du voyage ainsi que de la semaine en Allemagne.

Merci à Fred pour son implication,ses encouragements et c’est coups de gueules qui nous font avancer a l’entrainement, à mickey pour ces conseils en nat et sur la gestion de son corps, et merci à tous les tiathlètes présents en allemagne, et aussi merci à tout ceux qui nous ont suivi durant la course et encourager, cela fais chaud au coeur. Bravo pour les athlètes qui on fais Paris.

 

 

Mickaël raconte :

J-3 (jeudi) : Le voyage RAS, mais fatiguant

J-2 (vendredi) : repérage du parcours vélo le matin en voiture remarque de ma femme, c’est quand même long ! L’après-midi une petite heure en vélo pour se décontracter et faire un point sur le matos, le béton allemand rend zuper bien ! Réception des sacs et des dossards : là c’est la claque !

La tente de registration est aussi grande que la piscine Lionel terray … du monde partout, un village expo avec du matos à pleurer !

J -1 (samedi) : Dépôt des vélos dans le parc, des roues pleines, des casques à pointes … L’allemand aime le beau matos Le parc est grand mais bien fait et fluide j’irai me dégourdir à la base de loisirs nager une petite demi-heure. Le stress monte …

Jour J (dimanche) : Réveil 4heures du matin aille ça pique ! L’ambiance au petit dèj est bizarre, on sent le mélange de stress et d’inquiétude et l’envie d’en découdre. Nous arrivons sur le lieu de course à 5H45 l’accès est difficile la foule est présente en masse.  Les montgolfières sont dressées, le son de la musique monte progressivement, le speaker chauffe l’ambiance. Le parc grouille de triathlète, nous sommes plus de 5200 (relais inclus) Je suis une pile électrique, j’ai dû mal à gérer toutes ces émotions 6H30 premier coup de canon les élites partent Les vagues partent les unes après les autres …

Vague 8 : je me place devant le speaker décompte. Coup de canon ! C’est partit je filerai tout droit à la corde et ce pendant toute la natation, ce qui me permettra de sortir premier de ma vague et par la même de rattraper des féminines de la vague 2. J’ai connu quelques petits soucis avec mon bonnet qui glissait et que j’ai dû replacer 3 fois. temps nat : 54’02″

Transition 1 : Tout va bien on va faire simple mon sac est vide, j’ enlève ma combi la roule dans le sac, dans le même temps une demoiselle me met de la crème solaire dans le dos, je rejoins mon vélo dossard, casque

et c’est partit Vélo (180 km) : Les 10 premiers kilos sont faux plats descendants vent dans le dos puis on récupère la boucle à faire 2 fois Les sections de plats, de faux plats et de côtes s’ enchainent. Kilomètre 75 (Le solar) : de la folie furieuse, on roule les uns derrière les autres, je souris comme un gamin. La foule hurle, encourage, klaxonne, tape dans les mains Au 120ème kilo, j’ai encore 35 de moyenne. Le souci est que le vent tourna radicalement, nous obligeant à puiser sur les 60 derniers kilomètres. Temps vélo : 5H16’15″

Transition 2 : idem que la première sauf qu’on te met ta casquette en même temps que l’on te remet de la crème solaire ;-)

LE MARATHON : le premier de ma vie Jusqu’ au 6ème kilo RAS. On entre sur les canaux, je croise un pote du club de Issy que j’encourage, en retournant j’aperçois la plaque de son kilométrage il est au 19ème, je suis au 6ème et c’est un aller-retour : ouch ! Une douleur apparait derrière ma cuisse gauche, je continue à tenir l’allure et fait passer le temps, en discutant avec un coureur de Saint dizier. Kilomètre 18 : grand steak me rejoint, nous resterons ensemble jusqu’ au 25ème. Premier arrêt pour étirement, la machine commence à grincer et ça repart … et là c’est le drame ;-) : du 30ème au 42ème, de moins en moins de force, les lignes droites sont interminables, on rebascule vers Roth, une dernière bosse et on termine par une dernière boucle de 3 kilo en ville à 200m de la ligne d’arrivée ou l’on entend le speaker encourager les arrivants. Les 3 plus longs kilomètres de toute ma carrière de triathlète !!! J’ai mal partout les bras, les jambes, les abdos, le cou, les pieds… je croise coco et lui demande l’heure, à partir de là je saurai que c’est mort pour être sous les 10H, tant pis, je veux mon t-shirt et ma médaille, j’irai au bout de moi-même. Je passe l’arche le coach me félicite me demande comment ça s’est passé. Impossible de répondre je suis submerger par les émotions, je pleure. Je retrouverai Grandsteak dans la tente Temps CAP : 3H51’20 (dur le 2ème semi !)

J+1 (lundi) : Le réveil est dur, j’ai l’impression d’avoir été tabassé toute la nuit, les articulations sont raides : ouille !

Aujourd’hui je suis fier d’être finisher et surtout finisher des Antoniens ! Bravo à tous pour votre perf d’avoir été au bout Merci au supporter qui se sont déplacés, aux femmes des collègues du club, aux potes de Matt, à Lolo le photographe. et un grand merci à Fred coach pour les réglages vélo, pour nous avoir supporter et d’avoir fait le déplacement ;-)

@ tous les autres : la prochaine fois ne réfléchissez pas, tentez l’aventure !!! Vous ne le regretterez pas …

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.