Alpsman – première édition 2016 avec un podium

Posté le octobre 2, 2016 par

La première édition de l’AlpsMan a eu lieu ce 1er octobre 2016 sur les rives du lac d’Annecy.

Ce tout nouveau triathlon XXL (distance Ironman) proposait une natation avec départ d’un bateau dans les eaux du lac d’Annecy,  suivi par d’un parcours de vélo épique proposant en tout 5 cols avec plus de 4300 mètres de dénivelé, ce qui dépasserait sur papier celui du triathlon d’Embrun. Pour finir en beauté, le parcours de la course à pied proposait une boucle de 8.4 km à effectuer 5 fois avec des passages en bord de lac et sur la piste cyclable.

Nous avions un représentant sur cette première édition qui nous raconte sa course :

« Merci cher fan club bienveillant!

Je vais vous faire une version un peu édulcorée (15h44, c’est long…) de ma journée de samedi car vous savez bien comment cela se passe…et puis c’est un peu une réponse à mon ami Nicolas dit rondoche qui fait ressurgir de vieux souvenirs par son message de vente de speed machine…

Tout d’abord, sachez que je ne me suis pas inscrit à l’Alpsman: mes enfants (et petits-enfants par délégation) m’ont offert le message de confirmation de mon inscription qu’ils avaient réalisée (à mon insu) à l’occasion de mes 55 ans au printemps! Du coup, j’étais bien obligé de répondre présent. PRESSION… Il est vrai que nous connaissons la région par cœur, que je l’adore, qu’elle est si belle mais cela ne suffit pas pour aller au bout!

Quand l’organisation a annoncé en juin (de mémoire) que les meilleurs finiraient le marathon en trail pour remonter au sommet (inspiration Norseman), je savais que cette barrière horaire était hors de portée pour moi vu le parcours vélo et que mon objectif serait juste de savourer une ligne d’arrivée de lake finisher.

Pour le reste, j’ai pris un immense plaisir à participer, malgré les terribles heures sous une pluie battante et très froide (pendant les 70 derniers kms de vélo et un peu de cap). Nous avons vraiment souffert du froid et de l’humidité: tout le monde (au cœur du peloton, je ne parle pas des pros) a été tenté par l’abandon(le mot désagréable), j’en ai vu appeler leur « assistance » pour se faire récupérer. Perso, je ne pouvais presque plus passer les vitesses ni freiner tellement j’avais froid: j’ai un bleu dans la paume de la main pour avoir été tellement crispé sur mon guidon dans les descentes (@ bigmac: les freins ne répondaient plus vraiment…). Nous étions nombreux à attendre sous la tente de transition à T2 avant de pouvoir gagner quelques degrés et de pouvoir commencer à « courir ».

A cette occasion, j’ai expérimenté une natation exceptionnelle: embarquement à 5h15 dans un bateau de croisière, un saut dans l’eau à 5h45 au milieu du lac, une natation totalement dans le noir, des nageurs paumés ne sachant pas vers où nager, des accompagnateurs en kayak…également complètement paumés et confondant les lumières de la rive opposée avec des bouées soit très faiblement éclairées, soit éteintes (batteries?), soit à la dérive après largage des amarres et pour finir une dernière partie de 800m avec une fort de travers/face et une houle qui retirait le peu de visibilité possible! Mort de rire (même pas vrai, à ce moment mais a posteriori, c’est drôle)!

Départ du vélo, 10 degrés à peine (beaucoup moins aux sommets), un parcours magnifique (en plus, c’est vraiment un avantage psychologique de connaitre les routes!), malheureusement l’averse prévue de 15 minutes est devenue un orage de 4h00, dur, dur.

Pour la CAP (toute plate pour ceux qui restaient au bord du lac), un semi avant la nuit, un avec la frontale avec quelques passage dans les bois (nuit vraiment totalement noire).

Toutes les bonnes raisons d’y aller: une orga super sympa (les imperfections de cette première seront réglées pour la 2éme), un accueil chaleureux, un parcours exceptionnel, un départ original….plein de cadeaux, que du bonheur!

C’est pour ces moments que je ne regrette pas d’être revenu au triathlon depuis quelques années, pour savourer, sans me prendre la tête même si je n’ai pas pu suivre le plan d’entrainement ou quand mes déplacements m’empêchent de m’entrainer comme il faudrait.

Nicolas, quand j’ai arrêté le tri après 5 ou 6 saisons, à la fin des années 80 (ben oui, le V4 assume son âge…), c’était par frustration de ne pas performer comme j’aurais voulu (boulot, famille, enfants…). Maintenant, il me suffit de voir la ligne de départ et celle d’arrivée pour être comblé (bon, sur ce coup, il faisait nuit au départ et à l’arrivée donc je ne voyais pas vraiment les lignes)!

Conclusion: un cadeau d’anniversaire hors norme, un plaisir toujours intact, une pression positive, jamais négative.

Et pour le pressbook du club: 2 premières places de V4 cette année: Half du Mont Blanc et Alpsman, il fallait en profiter pour cette première année de V4, les jeunes nés en 62 vont venir squatter les podiums dès la saison à venir.

Vivement le passage en V5″

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats : 29e/51 lake finishers (111 triathlètes avaient pris le départ + 34 top finishers)

cliquez ici

 

Commentaires (3)

 

  1. fredp dit :

    Respect pour notre guerrier Jean Paul, encore une grosse perf de veteran, cela donne envie d’aller pedaler du côté des belles routes du lac d’Annecy.
    Un petit jeune de 62 ….
    ;-)

  2. BigMac dit :

    Il est tout simplement en dehors des normes !

    Félicitations …..

  3. christophebrion dit :

    bravo à toi !! impressionnant.

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.